Quatrième degré : Diplôme de hautes études d’espéranto

(esperanto)

Programme

Linguistique de l’espéranto. Notions approfondies de lexicologie, sémantique et lexicographie. Notions sur le langage scientifique et technique.

Histoire de la littérature en espéranto et connaissance des œuvres les plus marquantes. Formes poétiques traditionnelles.

Histoire du mouvement espérantiste et notions d’interlinguistique.

Épreuves

A. Épreuves écrites

1. Traduction d’espéranto en français (durée : 2 heures) ; /20.

2. Traductions de français en espéranto d’un texte littéraire et d’un texte non littéraire (scientifique, technique, etc.) (durée : 2 heures) ; /20.

Durée totale : 4 heures ; /20+/20.

Pour les épreuves 1 et 2, l’usage de dictionnaires est autorisé.

3. Rédaction de deux articles de dictionnaire, l’un pour un dictionnaire explicatif en espéranto, l’autre pour un dictionnaire de traduction français-espéranto. Pour cette épreuve l’usage d’un dictionnaire de français est autorisé. Durée : 2 heures ; /20.

Les candidats ayant obtenu un minimum de 40 points sont convoqués ultérieurement aux épreuves orales.

B. Épreuves orales (en espéranto, sauf éventuellement le point 4).

1. Explication (30 min au maximum) d’un passage d’une œuvre classique de la littérature en espéranto ; (40 min de préparation) ; /20.

2. Courte conférence (maximum : 30 min) sur un sujet littéraire, scientifique ou de société. Le candidat aura le choix entre trois sujets de caractères différents proposés par le jury (30 min de préparation, pendant laquelle la consultation de documents personnels est autorisée) ; /20.

3. Interrogation sur l’interlinguistique (/10) et sur l’histoire du mouvement espérantiste (/10) ; pour l’ensemble : 30 min de préparation.

4. a) Leçon d’une demi-heure sur un ou plusieurs points de la grammaire de l’espéranto, en espéranto ou en français au choix du candidat. Le jury vérifiera, par des questions appropriées, que le candidat est capable de traiter ces sujets dans la langue qu’il n’a pas choisie.

b) Correction critique d’un texte en espéranto. Pour l’ensemble de cette épreuve : une heure et demie de préparation ; /40.

Pour être reçu, le candidat doit obtenir au moins 90 points, écrit et oral réunis. En cas d’échec à l’oral, l’admissibilité conférée par l’écrit ne se conserve pas.

Organisation de l’examen

Une session est organisée lorsque le bureau de l’Institut juge réunies les conditions matérielles (notamment un nombre suffisant de candidats et un local adapté).

Le jury est nommé par le président de l’Institut. Il se compose d’un président, titulaire soit d’une agrégation de grammaire ou de lettres (classiques ou modernes) ou de langue vivante, soit d’un doctorat relevant d’un domaine linguistique, et de trois membres pourvus du Diplôme de hautes études d’espéranto, ou de membres francophones de l’Akademio de Esperanto.

L’examen a lieu sur convocation du président du jury.

Le président du jury arrête les textes des épreuves après proposition des membres du jury et délègue un ou deux des membres du jury pour surveiller les épreuves écrites. Le jury, après délibération, prononce l’admissibilité des candidats, puis, à la suite des épreuves orales, l’admission. Le président du jury fait parvenir au président de l’Institut les résultats, ainsi que tous les documents (copies corrigées, notes, procès-verbaux signés par les membres du jury) qui en font foi.

Le candidat admis reçoit un diplôme de l’Institut.

Droits d’examen

Les droits d’inscription à l’examen sont fixés à 15 €. Les droits d’examen sont payables à l’inscription.